22.3.11

Vers une nouvelle interprétation du rythme


Le rythme est évoqué de manière différente au XXI siècle. Les bâtiments ne sont plus des superpositions de principes rythmiques avec des éléments qui se répètent, s’alternent de manière régulière. Actuellement, le bâtiment entier est un rythme. L’échelle change et devient plus minimaliste et spectaculaire. 



C’est le cas pour l’architecture du New Museum de New York. Ce bâtiment réalisé par les architectes Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa du cabinet SANAA est inauguré en 2007. « Ce musée a la structure d’un empilement de boîtes décalées dont l’équilibre semble précaire, effet qui était voulu par ses créateurs pour évoquer l’aspect expérimental et incertain de l’Art contemporain ».


La surface du bâtiment est faite d’un treillis en aluminium brillant, ce qui procure à la fois l’apparence d’une façade sans fenêtres et une surface réfléchissante qui prend et reflète les couleurs de l’éclairage ambiant, notamment au coucher de soleil. 
Le bâtiment n’est plus rythmé par des pleins et des vides formés par les fenêtres et les portes, comme c’était le cas durant l’antiquité, au contraire il n’y a plus d’ouverture c’est la structure de façade qui crée le rythme et laisse passer la lumière. De plus, se sont les sept étages entiers qui se décalent pour créer un rythme irrégulier à la façade. La particularité de ces étages, c’est qu’il n’y a aucune colonne au milieu des vastes espaces d’expositions, performance technique étonnante.
En 2010, les architectes de ce nouveau musée ont reçu le prestigieux Prix d’Architecture Pritzker.


Anne-Laure Acloque 4ème année

Aucun commentaire:

Publier un commentaire