22.3.11

Bouleversement du vocabulaire rythmique antique


Le vocabulaire rythmique antique est bouleversé lors du XXème. Les proportions décrites par Vitruve ne sont plus vraiment appliquées, bien qu’elles restent toujours une référence. Les formes se libèrent, laissant place aux courbes.
Le travail de Oscar Niemeyer, architecte brésilien, s’inscrit dans cette réinterprétation formelle de l’architecture. Effectivement, en 1955, le président du Brésil décide de la construction de Brasilia, la nouvelle capitale du pays. Trois ans plus tard, est inaugurée la résidence présidentielle, imaginée par Oscar Niemeyer, premier d’une longue série de symbole.



« Niemeyer a toujours été attiré par la forme libre et la courbe généreuse, et cela l’a conduit à une architecture de toits voûtés, de surfaces inclinées et de pilotis différents. Aussi s’est-il appliqué à chercher à rendre l’architecture brésilienne  plus désinvolte, plus libre et variée, en contraste avec la rigueur rectiligne, géométrique, extrêmement limitée qui caractérisait le développement de l’architecture contemporaine ».


Le palais de l’Aurore en fait le parfait exemple. Il est situé au bord du lac Paranoa, au milieu d’un immense jardin. Ses façades en marbre, ses baies vitrées, et ses colonnes blanches qui s’ouvrent en demi cercles, donnent une dynamique au bâtiment, bien différente des temples antique.
Pourtant, Oscar Niemeyer n’a jamais renié l’influence qu’a pu avoir sur lui l’architecture grecque classique, conjuguant fonctionnalité et esthétisme. Son art en appelle toutefois à l’idée de rupture, celle des rythmes, des volumes et des niveaux, qu’il n’hésite pas à associer à un lyrisme personnel.
D’ailleurs, Malraux pense, selon Niemeyer, que « les colonnes du palais de l’Aurore constituent l’élément architectural le plus important après les colonnes grecques ».


Ainsi, Niemeyer a fait de Brasilia le champ à ciel ouvert d’un immense parc architecture « objets » mariant jeu de courbes et rondeurs, à la rigueur des lignes droites.


Anne-Laure Acloque 4ème année

Aucun commentaire:

Publier un commentaire