22.3.11

Le modèle rythmique Antique


Dès l’Antiquité, les architectes trouvent une alternative au statique de leurs bâtiments imposants grâce à l’utilisation des colonnes, des voûtes, des statues qui forment des vides et des pleins, mais également grâce aux ombres, qui créent pour la première fois une expérience du rythme à l’œil et une harmonie architecturale.
Vitruve, architecte romain, est connu pour ses écrits sur l’architecture, notamment « De architectura ». Il explique dans ce livre la notion d’eurythmie signifiant : « la beauté du rythme  ou le rythme par excellence ».
Il dit à propos du rythme : « L’eurythmie est cette beauté sensible, cet agréable aspect que donne la disposition des membres d’un ouvrage d’architecture : ce qui a lieu lorsque ces membres ont une heureuse correspondance entre leur hauteur et leur largeur, entre leur largeur et leur longueur, de manière à s’accorder avec l’effet de la proportion générale».
 L’eurythmie telle que la décrit Vitruve est un rapport agréable de mesure d’espace et d’intervalle qui permet d’expérimenter la sensation rythmique.



Donato Bramente (1444-1514), architecte de la Renaissance, fait l’expérience du rythme avec la construction de l’église Le Tempietto, à Rome, commande des souverains espagnols, Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille. Alors, il étudie les ruines antiques et reprend le modèle des temples circulaires édifiés originellement pour les marthyrs, s’inspirant de la Thalos antique (forme circulaire). 
Ainsi, Donato Bramente dresse des relevés qui stimulent sa réflexion architecturale et édifie cette petite église circulaire sur le mont Janicule à l’emplacement de la crucifixion de Saint Pierre. 


« L’édifice repose sur un sous bassement de trois marches. Le premier niveau d’une colonnade toscane périptère (qui fait le tour du bâtiment) avec un entablement dorique (proportion de colonne la plus répandue durant l’Antiquité). En retrait, le mur est rythmé de pilastres (colonnes incrustées dans le mur) délimitant des travées occupées par une alternance de baies rectangulaires et de niches arrondies. Cette alternance introduit un rythme secondaire qui enrichit le rythme régulier de la colonnade. Le deuxième niveau présente une balustrade posée sur la corniche de l’entablement du niveau précédent. Les ouvertures dans le mur reprennent le même rythme que celui du premier niveau ».

L’alternation de parois, niches, pilastres et ouvertures confère au bâtiment une animation continue.
L’adoption d’éléments classiques dans l’architecture de Donato Bramente correspond à un désir de recréer l’Antiquité à travers des proportions nouvelles.


Anne-Laure Acloque 4ème année

Aucun commentaire:

Publier un commentaire